Post image for Le Val-de-Bénédiction, centre historique

Le Val-de-Bénédiction, centre historique

14/01/2011

dans Villeneuve-lès-Avignon

A la fin du XIIIe siècle, le développement du bourg de Saint-André crée de nouveaux quartiers, à l’extérieur des murs d’enceinte du Mont Andaon. A partir du XIVe, la ville nouvelle s’installe autour du vieux port, situé à l’époque à l’entrée actuelle de Villeneuve et devenu la « Résidence de l’Oratoire ».
La ville se dote d’une garnison, d’un marché et d’une foire, devient «Vila Nova Sancti Andrea. Secus Avenionem», Villeneuve Saint-André près d’Avignon, un lieu de villégiature pour l’entourage du Pape Jean XXII, installé sur l’autre rive du Rhône à Avignon. En 1356, une bulle pontificale confirme la fondation de la Chartreuse du Val-de-Bénédiction, construite sur l’ancien palais du cardinal Etienne Aubert, devenu pape à Avignon en 1352 sous le nom d’ Innocent VI. Peu après, en 1369, les consuls de la ville décident de bâtir une enceinte fortifiée afin de protéger cette ville située entre le mont Andaon et la montagne des Mourgues.

Les Fleurs des Estoires d'Orient 1307 (BNF)

Afin de mieux comprendre le contexte historique, voici la liste des papes à Avignon.
De 1305 à 1378, les papes légitimes reconnus par l’église catholique romaine et installés à Avignon sont Clément V (1305-1314), Jean XXII (1316-1334), Benoit XII (1334-1342), Clément VI (1342-1352), Innocent VI (1352-1362), Urbain V (1362-1370) et Grégoire XI (1370-1378).
De 1378 à 1403, c’est la période du grand schisme d’Occident avec d’un côté les papes officiels de Rome et de l’autre les antipapes résidant à Avignon, Clément VII (1378-1394) et Benoit XIII (1394-1403).

La Place Neuve, actuelle Place Jean-Jaurès, voit le jour en 1837, après la démolition de l’hôtel de Thierry. Le centre historique de Villeneuve-lez-avignon se situe dans ce Val-de-Bénédiction, entre le Fort Saint-André, la colline des Mourgues et les coteaux de l’Hermitage.

 

Un texte de Thomas Platter, étudiant Bâlois, nous décrit Villeneuve-lez-Avignon en 1596 comme une cité divisée en trois parties, dont le Val-de-Bénédiction.

« Villeneuve est formée de trois quartiers séparés, appartenant tous au roi de France. Dans le premier, bâti au sommet de la montagne, et entouré de remparts, se trouve le pèlerinage de Saint-André, qui possède diverses reliques saintes qu’on montre difficilement et que je réussis cependant à voir, comme je le dirais plus loin. Le second, situé au bas de la montagne, forme une assez grande ville, murée, mais sans trop d’habitants. On y voit une très belle église avec un bel orgue. A l’époque de la foire annuelle de Saint-André, qui dure plusieurs jours et qui, après celle de Beaucaire, est la plus renommée de la Provence, il y vient une foule de marchands étrangers. On dresse les boutiques non-seulement dans les deux villes, mais encore au-dehors, et les auberges sont si pleines que les gens sont obligés d’aller coucher à Avignon. Le troisième quartier est une ville ouverte, située près du pont et possédant quantité de belles hôtelleries, ainsi qu’un relais de poste pour le service de la route nationale qui va de Languedoc à Lyon. On y voit aussi une fabrique de monnaies pour le compte du roi de France. »

 

Le sceau de la ville de Villeneuve-lez-Avignon au XVIIIe

Laissez un Commentaire

Post précédent:

Nouvel article: